Pérou – Réserve Nationale Pacaya Samiria – Aventures et découvertes

Me voici de retour après une expérience que j’attendais avec impatience et avec de nouvelles aventures à vous conter, j’ai enfin pu me rendre à la Réserve Nationale Pacaya Samiria dans la région du Loreto au Pérou.

J’ai l’impression qu’il y a un peu de relâchement dans les commentaires, c’est surement dû à mon manque de présence sur le blog ces derniers temps. Voici donc, la suite des aventures …

Comme je vous l’ai expliqué dans un précédent billet, ma mission ici consiste à apporter un support technologique pour une communauté située dans la Réserve Nationale Pacaya Samiria. Cette réserve est protégée et son accès est restreint, ce qui permet de préserver la faune et la flore de ce lieu magique. Les quelques communautés qui vivent dans cette réserve sont fortement liées à l’environnement et occupent des fonctions associées à la préservation de la Selva. Une activité qui permettrait d’améliorer et d’encourager ce type de pratique, c’est l’éco-tourisme. Encore trop peu exploité dans la région, cette approche permettrait d’aider les populations locales et motiverait le/les gouvernements à étendre ce genre de processus. C’est en partie pour cela que je suis dans les parages, avec comme mission et objectif de créer un site internet, qui permettrait d’en apprendre d’avantage sur la zone, ses coutumes et sur les voyages dit « éco-tourismes » disponibles. De plus ce voyage est vraiment enrichissant et plaisant. C’est une aventure et je suis sûr que beaucoup d’entre vous souhaiterait vivre cela, mon but est donc de faire découvrir ces voyages et de rassurer les futurs voyageurs via mes compétences liées aux nouvelles technologies. Vous aurez le lien du site dès sa mise en ligne. En attendant, je vais vous faire découvrir mon voyage jusqu’à Yarina, l’une des communautés les plus éloignées et qui se trouve au cœur de la réserve

Pour commencer, départ d’Iquitos vers Nauta au petit matin. Environ 1H30 en voiture. Nauta est l’extrémité de Iquitos, en effet, la route ne descend pas plus bas, terminus obligatoire en voiture. Ma première impression de Nauta fût d’être dans le petit Iquitos. Cette ville ressemble beaucoup à Iquitos, mais en plus petit et en beaucoup moins agitée. Le marché du port y est très beau et coloré, j’ai vraiment apprécié, de plus les produits viennent directement des communautés et les tarifs sont imbattables, que du bon. Petit desayuno dans un resto du coin, omelette et café, puis direction le port pour embarquer dans un petit peke peke (ou peque peque)… Je suis tout excité à l’idée de me rendre à Yarina. On embarque les affaires et c’est partit pour 10 heures de barque, en effet, mon guide à opté pour un moteur économique, beaucoup plus lent. Si vous faites le voyage via les programmes « éco-tourisme », seulement 6 heures pour vous rendre à destination.

Après quelques heures de navigation, j’arrive enfin à Santo Domingo, l’entrée de la réserve, un passage obligé où toutes personnes entrant dans la réserve sont enregistrées. C’est le premier pueblo dans la réserve et vous êtes déjà dans l’ambiance. D’ailleurs le changement se voit à la couleur de l’eau, car en empruntant ce chemin on navigue sur de l’agua negra, appelée ainsi car on a l’impression qu’elle est noire, cependant quand on la prend dans le creux de la main, c’est plutôt un aspect comme le thé.

Une fois entrée dans la réserve, après Santo Domingo, on tombe sur le pueblo 20 de Enero, qui est à environ vingt minutes de bateau. Très joli, simple, comme tous les pueblos qui composent la Réserve. Des maisons construitent en bois avec des toits réalisés avec des feuilles de Yarina. Chaque pueblo a son terrain de foot où des tournois inter-village se jouent.

On continue notre route, on croise quelques habitations, mais très peu, essentiellement de la nature et de la verdure… Magnifique. Parfois on peut admirer quelques Bufeo ou dolfines, des dauphins du rio à la couleur rose et curieux. Des oiseaux, une multitude d’oiseaux… Un beau spectacle.

Quelques deux heures plus tard, après avoir passé Santo Dimingo, la nuit commence à tomber peu à peu. Et il reste une bonne heure de navigation. C’est la première fois que je navigue sur un rio de l’Amazonie en pleine nuit, autant vous dire que seuls des pilotes expérimentés peuvent se permettre cela, heureusement, j’étais accompagné d’un tel pilote. Impressionnant, déjà de jour tout se ressemble, alors de nuit je vous laisse imaginer. Nuit noire, je ne voyais rien à deux mètres et pourtant, on arrive à destination, on débarque à Yarina et je vais passer ma première nuit dans la Réserve Nationale Pacaya Samiria.

Je suis content, je dors chez l’habitant, invité chez la maman de mon guide Tony. Je dors à même le sol sous une moustiquaire bien entendu, l’indispensable moustiquaire.

Le lendemain matin, levé au petit jour environ 5 heures du mat’. Il pleut, mais la vue reste superbe. Je me lève avec certains villageois qui logent aussi chez la maman de Tony. Un bon petit desayuno, café plus omelette et c’est partie pour une visite du pueblo.

En tout 27 familles, bientôt 28, donc 27 logements, réalisés en bois et feuille de Yarina (l’arbre qui fait la fierté de ce village). Les familles sont composées de 6 à 15 voir 20 personnes. Très accueillantes, il est aisé de rentrer dans les maisons et de discuter, puis de se faire offrir fruits ou diverses boissons, dont le Masato, réalisé à base de Yuka (manioc) mâché, salivé puis recraché, afin d’aider à la fermentation, après quelques jours cela devient alcoolisé. C’est très spécial, il ne faut pas trop penser à la conception du produit, c’est juste un conseil. A savoir, si vous terminé votre masato, on va vous en reservir de suite, pour éviter cela, rendez votre bol à l’envers.

Après avoir fait le tour des familles et visité les maisons et autres établissements, direction la visite des refuges pour les touristes. Autant dire que c’est la classe, un peu plus éloigné du pueblo, il faut s’y rendre en barque. La maison est propre et bien construite, bientôt 3 autres refuges veront le jour à Yarina. Les refuges peuvent accueillir jusqu’à 8 personnes.

Après cette petite visite et la prise d’information, direction la Selva, c’est ce que j’attendais depuis un petit moment, une bonne marche en forêt. Donc 2H30 de marche dans la jungle, j’ai d’ailleurs filmé une bonne partie de cette marche avec mon guide, je ferais le montage dès mon retour en France. Un vrai documentaire… :)

La marche en jungle, c’est toujours autant l’aventure : moustiques, fourmis (dont fourmis conga), oiseaux, singes, abeilles etc… Je ne suis pas resté assez longtemps pour voir plus, mais c’est déjà pas mal. D’ailleurs pour la petite anecdote, mon guide me présentait une sauterelle perchée sur une feuille, très belle, pleine de couleurs, puis soudainement, des sortes de mouches sortent en masse de dessous la feuille et là je vois mon guide qui me dit de courir et je le vois détaler à grandes enjambés, bon, bah, je fais pareils… C’était des mouches à feu, je ne me souvient plus du nom donné ici, mais en Guyane cela se nommait ainsi, avec une piqure douloureuse et parfois fatale.

Donc une bonne marche et une bonne expérience. Retour au pueblo, direction baignade au milieu des piranhas. Pas rassuré du tout, mais mon guide me certifie que sans blessure, je ne risque presque rien, bon et puis il se jette à l’eau lui même, je le suis, une demi heure c’est suffisant… Puis vient une séance de pêche par la suite, les gens qui me connaissent, savent que j’ai aucun talent pour la pêche et pourtant, un bout de pain m’a permis de pêcher 3 poissons en moins de 5 minutes, dont un piranha… Je reste impressionné… le rio est truffé de poissons et est très riche en ressource. J’ai pu admirer de près les piranhas avec lesquels j’ai nagé, autant vous dire qu’en voyant leurs dents je me suis dit que j’ai été bien téméraire sur ce coups…

La suite de l’aventure se résume à rencontrer d’autres personnes de la communauté, puis à gouter les fruits et les plats tout frais venus de la selva. Une expérience inoubliable. Puis retour à Nauta et à Iquitos où le retour à la civilisation est extrêmement brutal, du calme absolue on passe à la ville sur-animée. Ainsi va la vie dans la Selva du Pérou. Voici quelques photos :

Nauta - le port

Nauta - le port

Pueblo Santo Domingo

Pueblo Santo Domingo

Entrée dans la réserve Pacaya Samiria

Entrée dans la réserve Pacaya Samiria

Pueblo 20 de Enero

Pueblo 20 de Enero

Dans le Pueblo 20 de Enero

Dans le Pueblo 20 de Enero

Sur le chemin vers Yarina

Sur le chemin vers Yarina

Yarina au petit matin

Yarina au petit matin

Visite de la communauté de Yarina

Visite de la communauté de Yarina

J'ai pêché un beau Piranha

J'ai pêché un beau Piranha

Retour à Nauta

Retour à Nauta


Warning: Use of undefined constant rand - assumed 'rand' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/40/d232273899/htdocs/blog_caprumbo/wp-content/themes/ribbon/single.php on line 58

Comments

  1. By Samira

  2. By Ansolo

  3. By Franck

  4. By Céline Hamidi

  5. By Ansolo

  6. By Samira

  7. By Franck

  8. By nathouche

  9. By Franck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*